Vidéoprotection ciblée et strictement localisée

Grâce au PLR, Renens donne un signal clair aux autres villes du canton

L’initiative du PLR de Renens demandant la pose de caméras de vidéoprotection a abouti. Avec 2’122 signatures, soit 14% de plus que le nombre de paraphes requis, les citoyens de ce fief de gauche ont démontré qu’ils partageaient la volonté du PLR de renforcer la sécurité des habitants et des commerces à l’aide de caméras de vidéoprotection strictement localisées. A l’heure où le débat se prépare dans d’autres villes du canton, le PLR se réjouit de ce signal fort.

1’857 signatures étaient nécessaires pour que l’initiative du PLR en faveur de la vidéoprotection en gare de Renens aboutisse. Or, malgré la période estivale et les vacances, ce ne sont pas moins de 2'122 paraphes qui ont été validés.

Pour les Libéraux et Radicaux vaudois, cette issue est un signal clair en faveur de l’action qu’ils mènent dans plusieurs villes du canton, afin de soutenir et de compléter l’action des forces de l’ordre par une vidéoprotection ciblée et strictement localisée.

Pour rappel, en parallèle à l’initiative du PLR de Renens, les sections de Lausanne, Crissier, Prilly, Nyon, Montreux, Vevey et Payerne ont engagé une action conjointe en faveur des caméras, par le dépôt de textes similaires ce printemps. Acceptée à Payerne, refusée pour quelques voix à Nyon, les demandes sont en cours de traitement par les autorités communales dans les autres localités.

A Lausanne en particulier, la Municipalité vient de proposer un règlement largement insuffisant, puisqu’il exclut la pose de caméras sur des places sensibles telles que la Riponne, Chauderon ou Bel-Air. Le lancement d’une initiative n’y est pas exclu, si le conseil communal venait à refuser de compléter le dispositif prévu par le Municipal popiste Marc Vuilleumier.

Précurseur en matière de vidéoprotection ciblée à Aigle et à Lutry notamment, le PLR rappelle que de tels systèmes ont aujourd’hui fait leurs preuves et qu’ils sont désormais encadrés par une législation stricte, garante de la protection de la sphère privée des citoyens. La population a d’ailleurs régulièrement manifesté son soutien à la vidéoprotection, comme en témoignent les résultats des votes populaires à Yverdon (56% de OUI le 8 février 2009), à Zermatt (72.3% le 29 novembre 2009) et à Lucerne (69.9%, le 1er juin 2008).

Le PS suisse lui-même s’y est d’ailleurs dit favorable, dans un papier de position qui affirmait : «une vidéosurveillance ciblée et préservant la protection des données peut contribuer à la prévention du vandalisme et à l’élucidation des crimes » [Papier de position du PS suisse, «Sécurité publique», p. 3, juin 2008].


Contacts

Catherine Labouchère, Présidente +41 79 626 10 62
Christelle Luisier-Brodard, Présidente du PLR.Les Radicaux VD, +41 78 628 88 53

Aucune actualité disponible.